AERONAUTIQUE | Portail marocain de l'aéronautique

Aeronautique.ma
Recevez la newsletter AEROHEBDO



Le destin partagé de Dubai et d'Emirates


Par , le 15 Décembre 2010



Depuis sa création en 1985, la compagnie dispose d’une équipe dirigeante réduite à un trio. Le président-directeur général (PDG), le cheikh Ahmed Ben Sayed Al-Maktoum, n’est autre que le neveu de l’émir. Agé de 27 ans quand Emirates voit le jour et diplômé en sciences politiques de l’université du Colorado, il n’a aucune expérience du transport aérien. Ce qui le caractérise, c’est le goût du luxe qu’il transmet à son entreprise. Draps fins, lits et douches individuels : Emirates se targue d’offrir à ses passagers « premium » le plus grand confort imaginable à neuf mille mètres d’altitude.

Les autres membres du trio de tête, tous deux britanniques, connaissent le métier pour trois : MM. Maurice Flanagan, un « ancien » de la Royal Air Force et de British Airways, directeur général, et Tim Clark, responsable du secteur commercial. Un seul domaine est réservé au cheikh, qui possède Dubai Aerospace Enterprise (DAE), la société destinée à la location et à l’achat-vente des avions de la compagnie. Une activité à la fois périlleuse, le marché des appareils d’occasion étant très spéculatif car il anticipe les hausses et les baisses de trafic comme celles des marchés financiers, et lucrative.

En 2008-2009, Emirates en a acheté pour plus de 2 milliards de dollars, à crédit. Au total, ses commandes d’appareils atteignent 68,6 milliards de dollars (1). Mais si la compagnie a connu un tel essor, c’est avant tout du fait d’une singulière symbiose avec l’économie de l’émirat.

Lire la suite sur Le Monde diplomatique



Mohamed Ouitassane
Ingénieur de formation, fondateur de Aeronautique.ma média citoyen qui, par son contenu et sa... En savoir plus sur cet auteur