Aeronautique.ma

Aeronautique.ma
Recevez la newsletter AEROHEBDO


Par Source: Presse Internationale / LeSoir le Samedi 22 Novembre 2008

RAM met en application la consigne du FAA relative aux circuits de pressurisation des B737




L'Administration Fédérale de l'Aviation (FAA) des Etats-Unis a durci ses mesures visant à obliger les pilotes de Boeing 737 à ne pas ignorer l'alerte de pressurisation de la cabine, suite à l'accident qui a coûté la vie aux 121 passagers et membres d'équipage d'un avion de la compagnie chypriote Helios Airways.

La FAA a ordonné des changements dans les manuels indiquant les procédures à suivre dans ces appareils, et a demandé l'organisation de réunions d'information à destination des pilotes. Ces mesures, qui prendront effet dans 120 jours, s'appliquent à tous les Boeings 737, l'avion commercial le plus vendu au monde, avec plus de 6.000 appareils commandés depuis le lancement du modèle en 1965, dont 5.397 sont encore utilisés dans le monde entier.

Les changements dans le manuel d'utilisation des appareils doivent être effectués par chaque compagnie d'aviation. Les directives de la FAA sont généralement retransmises par les autorités en charge de l'aviation civile dans chaque pays.

Une source au sein de la Royal Air Maroc a souligné au quotidien Le soir que : "  A fin de rester au niveau le plus élevé en matière de sécurité, la compagnie a mis en application cette consigne bien que ses Boeing 737 n'opèrent pas sur les états-unis". Et d'ajouter que : "Les pilotes de RAM maîtrisent parfaitement les circuits de pressurisation de l'avion".


B737-700 livré en 2006 à RAM - Ph. Boeing
B737-700 livré en 2006 à RAM - Ph. Boeing

Le 14 août 2005, le Boeing 737-300 qui reliait Larnaca (Chypre) à Athènes avait heurté une colline près du village de Grammatiko, à 40km de la capitale grecque, tuant les 115 passagers et six membres d'équipage à bord.Les enquêteurs grecs avaient conclu à une erreur humaine, les deux pilotes n'ayant pas su utiliser les commandes qui réglaient la pressurisation en cabine et ayant mal interprété l'alerte qui s'est déclenchée à la suite de cette mauvaise manipulation. En outre, les responsables de la maintenance avaient laissé les commandes de pressurisation sur une position incorrecte, selon le rapport d'enquête.