Aeronautique.ma
Aeronautique.ma

Aeronautique.ma
Recevez la newsletter AEROHEBDO


Par Aeronautique.ma / Communiqué le Vendredi 23 Avril 2021

Airports Council International: Le classement post-pandémie des aéroports dans le monde




Mots clés : classement, Covid

Airports Council International: Le classement post-pandémie des aéroports dans le monde
Airports Council International (ACI) World a publié le classement préliminaire du trafic aéroportuaire mondial - couvrant le trafic passagers, les volumes de fret et les mouvements d'aéronefs pour 2020 - montrant l'impact dramatique du COVID-19 sur les aéroports les plus fréquentés du monde.

Le trafic mondial de passagers dans les 10 aéroports les plus fréquentés du monde a diminué de -45,7% en 2020. Dans l'ensemble, le trafic de passagers dans les aéroports du monde a diminué de -64,6%, ce qui montre que l'impact de la pandémie et les premiers stades de la reprise du transport aérien n'a pas été uniforme dans le monde entier.

Selon ces données, l'aéroport international de Guangzhou Bai Yun en Chine a enregistré le plus de trafic de passagers en 2020, avec l'aéroport international d'Atlanta Hartsfield-Jackson aux États-Unis juste derrière.
 

Airports Council International: Le classement post-pandémie des aéroports dans le monde
Sept des 10 principaux aéroports pour le trafic de passagers se trouvent en Chine et trois aux États-Unis. Dans la plupart des cas, les voyages aériens intérieurs entament un léger rebond tandis que les voyages aériens internationaux restent limités en raison des restrictions de voyage en cours. Par exemple, l'aéroport international de Hongqiao en Chine est passé de la 46e position en 2019 à la 9e en 2020, illustrant la nature inégale de l'impact et du rétablissement de la pandémie à travers le monde.

Le fret aérien a été moins touché par le COVID 19, avec des volumes en baisse de seulement -8,9%, à environ 109 millions de tonnes métriques en 2020, soit l'équivalent des niveaux de 2016 (110 millions de tonnes métriques).

Les volumes de fret aérien dans les 10 premiers aéroports ont augmenté de + 3% en 2020. Ces aéroports représentent environ 28% (30,6 millions de tonnes métriques) des volumes mondiaux en 2020. Le gain peut être attribué à l'augmentation de la demande de biens de consommation en ligne et produits pharmaceutiques et équipements de protection individuelle. Avec une augmentation de + 6,7%, l'aéroport international de Memphis a dépassé l'aéroport international de Hong Kong.

ACI World estime qu'il y a eu 58 millions de mouvements d'avions dans le monde en 2020, soit une baisse de -43% par rapport à 2019. Les 10 premiers aéroports représentent 7% du trafic mondial (4,2 millions de mouvements) et ont connu une baisse de -34,3% par rapport à 2019. L'aéroport international Hartsfield-Jackson d'Atlanta a dépassé l'aéroport international O'Hare de Chicago, après avoir été en tête en 2019 et 2018.

Pour les aéroports, les revenus sont étroitement corrélés aux niveaux de trafic mais, comme de nombreuses autres entreprises à forte intensité de capital, une grande partie des coûts aéroportuaires reste largement fixe et ne baisse pas au même niveau que le débit de trafic et les revenus pendant la crise. Même avec des opérations réduites, la fermeture des terminaux et les licenciements de personnel, ce déséquilibre persiste.

«On ne peut nier les réalités économiques actuelles - et le déficit financier qu'elles créent - auxquelles les aéroports sont confrontés», a déclaré Luis Felipe de Oliveira. «Les aéroports sont des générateurs économiques, apportant des avantages socio-économiques et des emplois aux collectivités qu'ils desservent, et les gouvernements doivent fournir les allégements financiers et l'assistance nécessaires en fonction des circonstances locales.

«Les exploitants d'aéroports continuent également de travailler en étroite collaboration avec leurs partenaires aériens et d'autres parties prenantes afin d'équilibrer les réalités actuelles du marché avec le coût de la fourniture de l'infrastructure alors qu'ils traversent ensemble la crise.»
Aeronautique.ma / Communiqué