AERONAUTIQUE | Portail marocain de l'aéronautique et du Spatial

Des essais d’approche et d’atterrissage par satellite à l'aéroport d'Al Hoceima


Par Communiqué ONDA, le 30 Janvier 2012


L’Office National Des Aéroports vient d’être choisi par la Commission Européenne pour effectuer les essais d’approche et d’atterrissage par satellite en vue de l’introduction de ce système dans les régions des pays arabes et africains.


Des essais d’approche et d’atterrissage par satellite à l'aéroport d'Al Hoceima
Dans le cadre du projet « SBAS Implementation in the Regions of ACAC and ASECNA Joint venture » (SIRAJ), l’Office National Des Aéroports (ONDA) en tant que membre du consortium, vient d’être choisi pour organiser les 31 janvier et le 1er février 2012,
des essais en vol d’approche et d’atterrissage en APV (APproche with Verticale Guidance) à l’aéroport d’Al Hoceima.

Ce projet, qui s’inscrit dans le Programme Cadre de Recherche et Développement (PCRD) de la Commission Européenne,
a pour objectif l’introduction du satellite en tant que système futur de navigation aérienne dans les pays arabes et africains. Aujourd’hui la navigation aérienne s’effectue à l’aide des moyens de radionavigation au sol (ILS, VOR, DME etc..).

Le projet SIRAJ, basé sur l’utilisation des satellites (GPS et EGNOS), permettra la réduction des coûts liés à l’installation des moyens de radionavigation au sol tout en garantissant les mêmes performances, notamment en approche et en atterrissage aux aéroports. Ce sera l’objet de l’essai qui sera effectué à l’aéroport d’Al Hoceima, aéroport non doté de système ILS.

Par ailleurs, l’atterrissage à l’aide des satellites existe à l’état d’étude, de tests et d’institutionnalisation au niveau international. Certains aéroports internationaux en Europe sont déjà au stade de son utilisation en tant que complément d’aide au sol et parfois comme moyen principal.

Le projet SIRAJ, qui a fait ses premiers pas à Barcelone, le 14 Octobre 2010, est un projet de Recherche et Développement financé par la Commission Européenne et géré par l’Agence Européenne du GNSS (Global Navigation Satellite System) visant à réaliser des actions concrètes pour l’extension du service EGNOS (European Geostationary Navigation Overly Service) aux espaces aériens relevant de la Commission arabe de l'aviation civile (ACAC) et de l'Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA).

Le Maroc, à travers l’Office National Des Aéroports, a été retenu dans le consortium du fait de son appartenance à la Commission Arabe de l'Aviation Civile (ACAC) et au groupe régional AEFMP, ainsi que pour son implication dans d’autres projets régionaux de R&D et pour son expertise développée au niveau du Pole Navigation Aérienne.

De même, le statut avancé du Maroc dans son partenariat européen en matière de recherche et de développement dans le secteur de l’aviation civile a poussé l’ONDA à consacrer dans son plan stratégique 2011-2016, un axe d’orientation érigeant la sûreté et la sécurité aérienne en axe prioritaire de développement du système de la navigation aérienne.

L’expertise des équipes de navigation aérienne a permis à l’ONDA de participer à plusieurs projets au niveau international :
- Projet METIS (Méditerranéen Intoduction of GNSS Services) : Les premiers tests de GPS ont été réalisés le 22 Octobre 2009 à l’aéroport Mohammed V dans le cadre du projet METIS auquel l’ONDA a participé en tant que membre du consortium)
- Projet AIRE (Atlantic Interoperability to Reduce Emission) en partenariat avec les équipes de navigation aérienne portugaise (NAV-Pt) et la compagnie aérienne portugaise (TAP). Lancé en octobre 2009 et sera achevé en avril 2012.
- Projet SJU (Sesar Joint Undertaking) : l’ONDA est partenaire associé au projet SESAR (Recherche et Développement en Air Traffic Management) avec la DSNA France (Direction de la Sécurité de la Navigation Aérienne).Lancé en octobre 2009 et sera achevé en avril 2012.
- Projet station RIMS (Ranging and Integrity Monitoring Station) : Les équipements sont fournis par l’ESA (Europeen Space Agency), l’entretien et la maintenance sont assurés par l’ONDA tandis que l’exploitation est de la responsabilité de l’ESSP (European Satelitte Service Provider).

L’intérêt de cette station est d‘assurer une bonne couverture satellitaire principalement dans l’espace aérien marocain. Elle permet de pérenniser le signal EGNOS.

Lire aussi: Démonstration des moyens EGNOS à l'aéroport MohammedV

Mots clés : GLONASS, GPS, SBAS



Commentaires...

1.Posté par AKKI le 13/02/2012 12:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une première pour les services de la navigation aérienne au Maroc,depuis les années 90 date à laquelle SM hassan2 a donné des instructions claires et nettes aux "responsables" de l époque beaucoup de choses ont évolué,malheureusement d autres "responsables"se sont succédés et en passant ont fait beaucoup de tort à l aviation civile marocaine,récemment certains directeurs ont été écroué et seront jugés très prochainement!une première dans cette nouvelle ère,tout en espérant que le voile sera levé sur des gros dossiers comme la perception des taxes et redevances de survol qui a elles seules selon les dernieres statistiques de l ONDA représentent annuellement près de 1.17 milliards de dirhams d entrées en devises et perçues en grande partie par les services d EUROCONTROL moyennant une compensation financière de l ordre de 500000euros/an;la nouvelle direction a adopté une augmentation dans le budget de la formation et qui a grimpé à 2.5% dans les investissements de l ONDA,mais sa mise en application connait des retards face aux défis des effectifs du personnel de la navigation aéreinne qui diminue chaque année(départs volontaires,retraites............................)

Nouveau commentaire :

Avis important : Nous ne sommes pas responsables des messages postés sous les articles de notre site et nous ne garantissons aucunement la précision, l'utilité, ni si l'information est complète, et nous ne sommes pas responsables du contenu de ceux-ci.