AERONAUTIQUE | Portail marocain de l'aéronautique et du Spatial

Galileo: Entretien avec le chargé du projet à l'ANRT


Par www.anrt.ma, le 11 Février 2007



Galileo: Entretien avec le chargé du projet à l'ANRT
L'interview suivante est l'interview du mois du site de l'ANRT (Agence nationale de réglementation des télécommunications). Mr MUSTAPHA AMGHAR directeur, chargé du projet Galileo au sein de cet établissemnet passe en revue les atouts de ce nouveau système et son apport pour le Maroc.

Interview

Le Maroc et l'Union Européenne ont signé le 12 décembre 2006 un accord de coopération portant sur le système GALILEO. Pourriez-vous nous donner une définition globale de ce système et de son utilité?
 
Définissons tout d'abord le système GALILEO. C'est un système de navigation et de positionnement par satellites. Ce programme, cofinancé par l'Union européenne et l'Agence Spatiale Européenne (ESA), est composé de 3 parties: une constellation de 30 satellites dont 27 opérationnels et 3 de réserve sur 3 plans d'orbite circulaires à environ 24 000 km d'altitude, des stations au sol et des utilisateurs dotés de récepteurs mobiles. Cette constellation permet d'avoir une bonne précision de restitution de la position en tout point du globe grâce à la visibilité permanente d'au moins 8 satellites.

Grâce à son architecture, GALILEO servira de multiples applications et pourra, à l'image du système américain GPS (Global positioning System), être utilisé dans de nombreux secteurs d'activité tels que le transport, la navigation maritime, l'agriculture, le tourisme, la recherche et le sauvetage, etc.
Le déploiement du système représente quelque 3,2 à 3,4 milliards d'euros, et les experts estiment que les services de navigation par satellites créeront, d'ici 2020, un marché mondial de quelque 300 milliards d'euros, avec au moins 3 milliards de récepteurs en service et 150 000 emplois nécessitant une haute qualification.
Le Maroc et l'Union Européenne ont signé le 12 décembre 2006 un accord de coopération multilatérale, industrielle et scientifique portant sur des applications du système GALILEO, notamment sur des actions de standardisation et de surveillance de l'intégrité régionale et des investissements financiers dans GALILEO. Le Maroc devient ainsi le cinquième pays à signer un tel Accord avec l'Union Européenne, et le seul pays Arabe et Africain.
Rappelons que le Maroc a manifesté un grand intérêt pour la participation à ce programme en tant que partenaire actif et a initié dans ce sens, dès début 2004, des contacts avec la Commission Européenne. Les efforts fournis par les responsables marocains ont alors permis le lancement, en avril 2005, des négociations visant à définir un accord de coopération à propos de GALILEO. Ces négociations ont abouti au paraphe de l'accord de coopération le 8 novembre 2005 à Bruxelles.
 
Quel pourrait être l'apport d'un tel système pour notre pays, et quelles en seraient les possibilités d'utilisation par les particuliers?
 
Notre pays dispose d'un savoir-faire dans le domaine des nouvelles technologies et des applications spatiales à travers différents opérateurs ; GALILEO va lui permettre de compter parmi les pays producteurs de nouvelles technologies et d'applications à très forte valeur ajoutée dans le domaine du positionnement et navigation par satellites. Il peut aussi, jouer le rôle de plate forme régionale pour le développement des prestations de GALILEO en Afrique du nord et en Afrique occidentale.
Les écoles d'ingénieurs, les universités et les entreprises marocaines ont déjà manifesté leur intérêt à cet ambitieux programme. D'ailleurs, certaines sont déjà impliquées dans des projets en partenariat avec des acteurs Européens. C'est le cas par exemple, du projet élaboré par l'INPT et l'ANRT en partenariat avec Thalès Air défense pourle développement de prototypes d'un système de positionnement absolu subaquatique, de la participation active de l'université Al Akhawayn dans le projet Euroméditerranéen METIS ou encore du projet de transport de matières dangereuses en cours de réalisation par la société CADTECH en partenariat avec Alcatel Alenia Space.
En ce qui concerne les particuliers,les applications de GALILEO couvriront de nombreux domaines de notre vie à commencer par la sécurité routière : un transport sûr et efficace ainsi qu'une meilleure utilisation des flottes des véhicules en particulier pour les taxis et les autobus. Dans le domaine aérien, le système Galiléo représentera un gage de sécurité supplémentaire pour les voyageurs face à une augmentation constante du trafic.
Galiléo servira également la navigation maritime en permettant aux navires de connaître précisément leur positionnement dans les zones portuaires ou à risques. De même, Galiléo appuiera les actions de recherche et de sauvetage en permettant de localiser en temps réel les personnes ou véhicules en détresse équipés de balises adéquates.
A travers ces exemples d'utilisation,on peut conclure que la gamme d'applications offerte par le système GALILEO est extrêmement variée et que le nombre de retombées potentielles est immense.
 
Quelle est la différence entre le système GALILEO et le système GPS américain?
 
Le GPS, opérationnel depuis les années 1980, a été d'abord développé pour fournir à l'armée américaine un système derepérage de grande précision et à couverture mondiale. Il permet, par exemple,de guider un missile sur des centaines de kilomètres ou de connaître avec exactitude la position d'unités sur un champ de bataille. Ensuite, vers la finde l'année 1993, le département américain de la défense a décidé de donner aux utilisateurs civils l'accès gratuit au signal GPS.
En plus de son caractère essentiellement militaire, le GPS présente quelques particularités à savoir, la précision du positionnement qui reste relativement faible et variable et d'autre part, la couverture insuffisante dans certaines régions notamment dans les centres des villes.
GALILEO est un système de navigation etde positionnement par satellite spécifiquement conçu à des fins civiles. Il permettra de disposer d'une alternative indépendante au monopole que détient actuellement le GPS et d'offrir, la garantie de qualité et de continuité des services essentielle à de nombreuses applications.
GALIEO permettra ainsi le développement d'une nouvelle génération de services dans de nombreux domaines tels que les télécommunications, les finances, les transports, la pêche, l'agriculture l'environnement et la sécurité des personnes et des biens.
Néanmoins, la complémentarité et l'interopérabilité de GALILEO avec le GPS seront assurées, et l'utilisation combinée de ces deux systèmes renforcera l'offre mondiale de services denavigation et de positionnement par satellites. De même, l'ampleur des besoins futurs en matière de navigation et l'exigence de couverture mondiale ne peuvent être satisfaits par un système unique.
A titre d'exemple, GALILEO permettra aux utilisateurs équipés d'un récepteur adéquat de connaître leur position en temps réel, avec une précision de l'ordre du mètre.
 
Comment est géré leprojet GALILEO au niveau du Maroc ? et quel est le rôle de l'ANRT dans ceprojet?
 
Conscient des enjeux du système GALILEO, le Gouvernement Marocain a mis en place, dès début 2004, un comité de pilotage présidé par Monsieur le Premier Ministre pour le suivi du projet et la coordination des efforts des acteurs marocains concernés par ce projet.
Après une réflexion menée par ce comité sur le choix de la forme juridique appropriée pour l'entité qui sera chargée du projet GALILEO au Maroc, son choix s'est porté sur la création d'un Groupement d'Intérêt Economique (GIE). Ce choix vise principalement à encourager le partenariat public-privé, et la souplesse dans la gestion administrative duprojet.
Le comité de pilotage a bien voulu charger l'ANRT du dossier de création de ce GIE regroupant outre l'ANRT,l'ONDA, le CNRST, l'Université Al Akhawayn et l'APEBI et du recrutement d'un directeur pour ce groupement afin de piloter le projet GALILEO.
 
Quel est le rôle de ceGIE ? et quels seront ses partenaires ainsi que le type de partenariat envisagé avec les différents acteurs?
 
Le GIE est dénommé Galileo Morocco Group; il est composé de cinq membres fondateurs :
 - l'Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications(ANRT),
 - l'Office National Des Aéroports (ONDA),
 - l'Université Al Akhawayn (AUI),
 - le Centre National pour la Recherche Scientifique et Technique(CNRST)
 - la Fédération Marocaine des Technologies de l'Information, des  Télécommunications et de l'Offshoring (APEBI).
 
Le rôle de ce GIE est d'être l'interface et l'interlocuteur officiel du programme GALILEO au Maroc vis-à-visdes partenaires étrangers et marocains. Sa mission principale sera la gestion et la réalisation de projets de recherche, de formation et de développement autour du programme GALILEO.
D'une façon générale, le GIE sera chargé d'initier, de promouvoir et d'encourager les différents projets porteurs de création d'emplois à forte valeur ajoutée, de conclure des accords de partenariat et de favoriser les échanges d'expériences, notamment dans le domaine de la formation et de la recherche relatif à la navigation et au positionnement par satellites.
Il est à noter aussi que le GIE est soutenu dans ces contacts avec les organismes nationaux et internationaux par le Ministère de l'Equipement et du Transport. A cet effet, un comité d'appui au GIE, présidé par le Ministre de l'Equipement et du Transport, a été mis en place. Ce comité aura pour principales missions d'appuyer et d'aider le GIE dans ses relations avec les Organismes et Administrations, nationaux et internationaux et d'appuyer la représentation du Maroc auprès des instances internationales dans les domaines en relation avec le programme GALILEO.
La création de ce GIE constituera un nouveau maillon fort dans la chaîne de coopération entre les pôles de compétitivité marocains et leurs homologues européens. Des contacts ont déjà été établis avec différents acteurs du projet GALILEO à savoir les concessionnaires GALILEO, les industriels, les sociétés de développement des applications et services ainsi que les autorités locales du Grand Toulouse(lieu du siège de GALILEO).

Lire aussi:
La première station de communication à Agadir
Le Maroc rejoint Galileo

Photo: www.wallonie-espace.be

Mots clés : anrt, galileo, gie, gps