Aeronautique.ma
Aeronautique.ma







Aviation civile

Galiléo et l'Open Sky signés à Bruxelles


Le Commissaire européen aux Transports Jacques Barrot et le ministre marocain de l'Equipement et du Transport Karim Ghellab ont signé officiellement, mardi 12 décembre à Bruxelles, un accord aérien global de ciel ouvert. Fruit de deux années de négociation, cet accord est le premier du genre entre l'Union européenne et un pays non-européen. Il est destiné à lever «toutes les entraves aux liaisons aériennes entre l'UE et le Maroc».  

Il permettra ainsi à toute compagnie aérienne européenne de voler vers n'importe quel aéroport marocain au départ de n'importe quelle ville européenne. Et réciproquement. Outre le développement des liaisons aériennes entre les Vingt-Cinq et le Maroc, cette entente permettra un rapprochement des réglementations et une harmonisation avec les règles européennes en matière de sécurité, de sûreté de l'aviation civile et de la navigation aérienne.

Vers une convergence réglementaire

Concrètement, la première phase de l'accord entre en vigueur dès la cérémonie de signature à Bruxelles. Cette phase va durer deux ans. Une seconde phase plus large débutera lorsque le Maroc aura absorbé les 28 législations de l'UE concernant notamment la sécurité du trafic aérien, l'environnement ou l'indemnisation en cas de refus d'embarquement.

Le souci du Maroc est qu'il y ait plus d'avions qui atterrissent dans le royaume, que la compagnie Royal Air Maroc (RAM) puisse organiser des vols vers les Etats de l'UE, et que les Marocains puissent voyager à des prix raisonnables, ce qui est garanti par l'accord. Il s'agit également de réduire l'importance de la compagnie française Air France qui contrôle encore 40% du trafic aérien sur le Maroc.
Pour l'Europe, c'est un premier pas vers la mise en place d'un espace aérien commun avec l'ensemble de ses voisins à l'horizon 2010. A cette date, le royaume s'est fixé comme objectif d'accueillir 10 millions de touristes. Cet accord à ciel ouvert devrait l'aider en ce sens.

Le tourisme est l'une des principales sources de devises pour le pays. Le marché européen reste toujours le premier pourvoyeur de touristes avec près de 5 millions de voyageurs en 2005. Si l'on en croit le ministre marocain du Tourisme, les recettes du tourisme dans le pays devraient connaitre en 2006 une progression de 20% par rapport à 2005. Des compagnies ont d'ores et déjà annoncé de nouvelles dessertes au départ de Francfort, de Marseille, de la Grande-Bretagne et d'Espagne vers Marrakech, Fez et Oujda. La compagnie irlandaise à bas coût Ryanair notamment est sur les rangs.

L'accord qui prévoit la participation marocaine au programme européen de radionavigation par satellite Galileo est également signé officiellement ce mardi à Bruxelles par Jacques Barrot et Karim Ghellab. Galileo, qui reposera sur une trentaine de satellites postés sur trois orbitres terrestres circulaires de 23 616 kilomètres d'altitude, doit en principe commencer à fonctionner en 2008. Au-delà des avantages évidents pour les questions de défense, les applications de Galileo sont essentiellement civiles. L'adhésion du Maroc à ce programme lui permettra de l'utiliser, entre autres, pour la navigation aérienne et maritime, la gestion des transports (réduction des embouteillages, réduction des accidents grâce au guidage automatique des véhicules, renforcement de la sécurité des personnes et des biens) ou pour la préservation de l'écosystème (gestion des ressources rares telles que l'eau ou le pétrole).  

Source: www.rfi.fr

Ecouter aussi le Magazine du ciel et Espace / Midi1


Aeronautique.ma

Mardi 12 Décembre 2006

Mots clés : maroc, open sky

Industrie | Aviation civile | Aviation militaire | Espace | Sport | AEROEXPO 2010






Newsletter






Galerie
DSC02252.jpg
MAS20140549
DSC02514.jpg