Aeronautique.ma

Aeronautique.ma
Recevez la newsletter AEROHEBDO


Par MAP le Jeudi 30 Octobre 2008

Maroc - France: Vers des partenariats industriels de proximité en aéronautique




S'exprimant lors d'une rencontre initiée par l'Union française des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) et le Groupement des industriels marocains aéronautique et spatial (Gimas) sous le thème "Vers des partenariats industriels de proximité : L'exemple des entreprises de la construction aéronautique au Maroc", M. Réda Chami a souligné que l'aéronautique est un secteur clé pour le développement industriel dans le Royaume dans la mesure où il emploie aujourd'hui quelque 7.000 personnes et a permis l'implantation de références mondiales en la matière.

Défini secteur prioritaire dans le Plan Emergence, l'aéronautique est un secteur en très forte croissance sur les trois dernières années, a-t-il dit, soulignant que le Maroc se positionne désormais comme une destination de choix.

Il a, d'autre part, appelé les entreprises françaises à saisir les multiples opportunités offertes par le Maroc, faisant remarquer à cet égard que les avantages comparatifs du Royaume sont nombreux, dont une main d'oeuvre disponible, une position logistique optimale pour la production, une proximité culturelle et une protection de la propriété intellectuelle aéronautique.

Pour aider ces entreprises à s'y installer, "nous avons une offre Maroc qui se décline en trois dimensions que sont l'aéropôle de Nouasser, la formation et les incitations financières (IS, défiscalisation...)", a expliqué M. Réda Chami qui intervenait dans le cadre de l'axe "Un partenariat 'gagnant-gagnant' dans le domaine de l'aéronautique".


Maroc - France: Vers des partenariats industriels de proximité en aéronautique
De son côté, le ministre de l'Emploi et de la formation professionnelle, Jamal Rhmani, a souligné que le Maroc est inscrit aujourd'hui dans un processus démocratique de développement de son capital humain et d'ouverture de son économie et qu'il est également un grand chantier de développement de plus en plus attractif grâce notamment au plan Emergence.

Il a, par ailleurs, signalé que dans le secteur de la formation professionnelle, le partenariat avec l'Agence française de développement (AFD) a permis la réalisation d'études d'opportunités pour la création au Maroc d'un Institut de formation dédié aux métiers de l'aéronautique en partenariat avec le Groupement des industriels marocains aéronautique et spatial (GIMAS).

De même, a-t-il ajouté, l'accompagnement de ce secteur, en plus du développement de l'appareil de formation et la mobilisation d'un parc industriel de 200 hectares autour de l'aéroport de Casablanca, est assuré aujourd'hui par la mise en place d'un dispositif d'aide financière à la formation qui a pour objectifs de réussir le recrutement des ressources humaines par le développement de leurs compétences et de répondre aux besoins de formation continue des salariés.

M. Rhmani a également réaffirmé l'engagement de son département à développer "son écoute et toutes sortes de partenariats" avec les entreprises installées au Maroc ou celles désireuses de s'y implanter dans un cadre de partenariat ‘gagnant-gagnant'.
L'ambassadeur du Maroc en France, Fathallah Sijilmassi, a indiqué, quant à lui, que le secteur de l'aéronautique est en forte croissance au Maroc et est un secteur d'avenir.

Après avoir relevé que l'aéronautique figure parmi les secteurs prioritaires du programme de développement économique "Emergence", il a estimé que la formation est un élément clé pour la compétitivité de ce secteur.

L'ambassadeur a, aussi, signalé que l'ensemble des plans stratégiques mis en place au Maroc part du principe d'un partenariat public-privé.

Le président de l'UIMM, Frédéric Saint-Geours, a, pour sa part, affirmé que la stratégie de développement économique et industriel mise en place ces dernières années par les autorités marocaines en vue d'accompagner les secteurs industriels à forte valeur ajoutée tel l'aéronautique ne peut que favoriser la volonté d'ouverture des entreprises françaises vers les marchés de proximité.

Dans ce cadre, il a souligné que le plan Emergence contribue de "manière exemplaire à créer un environnement apte à capter les investissements et à favoriser les activités industrielles" au Maroc, faisant observer à cet effet que "peu de pays peuvent s'enorgueillir d'un cadre aussi favorable et propice pour les investissements étrangers".

L'espace méditerranéen, l'adhésion du Maroc à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et son intégration au marché européen offrent des opportunités complémentaires pour développer des partenariats industriels et commerciaux entre les acteurs économiques des deux pays, a-t-il ajouté, notant que les liens historiques, culturels et économiques existant entre la France et le Maroc sont à même de renforcer fortement ce cadre favorable aux échanges économiques et industriels.

Soulignant que des centaines d'entreprises adhérentes à l'UIMM développent des activités depuis longtemps avec le Maroc, Saint-Geours a fait savoir que les entreprises françaises sont sensibles aux efforts de modernisation de l'économie marocaine et regardent d'une manière attentive l'évolution rapide de cet environnement.

Dans le même ordre d'idées, M. Marc Ventre, directeur général adjoint de Safran, groupe international de haute technologie dans le domaine de l'aéronautique, de la défense et de la sécurité, a rappelé que les relations commerciales de son groupe avec le Maroc datent de longtemps, notant que les implantations de Safran s'inscrivent dans la mutation que connaît le Maroc.

Il a exprimé à cet égard la fierté de son Groupe de contribuer modestement à l'évolution sociale et économique du Royaume.

M. Ventre a, d'autre part, relevé que la présence du Groupe au Maroc s'accompagne de partenariats novateurs avec les écoles d'ingénieurs nationales (Ecole Mohammedia et Université Al-Akhawayne) pour développer la formation aéronautique. Il s'agit d'un partenariat avec le Maroc face à la concurrence internationale, a-t-il précisé.

Pour le président du GIMAS, Hamid Benbrahim El-Andaloussi, le Maroc a réalisé très vite le potentiel de cette industrie naissante qu'est l'aéronautique en l'inscrivant comme secteur stratégique prioritaire dans le Plan Emergence.

Il a aussi signalé que la formation fait partie des "clés de succès de notre stratégie de développement dans ce secteur".

Cette rencontre, qui a réuni un parterre d'industriels et de managers du secteur de l'aéronautique tant au Maroc qu'en France, a été marquée notamment par la signature d'une Convention de partenariat entre l'UIMM et le Gimas portant création d'un Institut des métiers de l'aéronautique (IMA) à Casablanca.