AERONAUTIQUE | Portail marocain de l'aéronautique et du Spatial

Alliance entre Safran et GE: Nouvelle opportunité pour le maroc


Par Article Soumis par: fatimaboubsis(at)yahoo.fr, le 2 Novembre 2007



Alliance entre Safran et GE: Nouvelle opportunité pour le maroc
Une nouvelle alliance stratégique se confirmera entre GE et Snecma via Safran pour la production d'un nouveau moteur pour l'avion gros porteur A350 qui entrera en service en 2013. Ce nouveau moteur remplacera le CFM 56.

Cependant, le conglomérat américain reste actuellement réticent à l'idée de s'embarquer sur ce programme A350XWB, en raison:
- De l'importance des investissements (un milliard de dollars).
- Et Compte tenu du fait qu'Airbus demande à GE un moteur différent de celui du 787, le GEnx, actuellement en cours de développement. Un autre milliard de dollar sera encore dépensé sur le GEnx. La décision sera prise en 2008.

Quant au groupe français SNECMA, son intérêt n'a porté que sur 5% du programme GEnx, alors que dans le passé, ces participations étaient plus importantes 25% pour le développement de la gamme GE 90-115, qui motorise les Boeing 777, et 10% dans le moteur de l'A380. En limitant à ce point sa part dans la motorisation du 787, Safran prend le risque de ne pas exploiter un marché lucratif.
Rappelons que sous l'égide de Jean-Paul Béchat, l'ancien PDG de Safran, le motoriste français avait privilégié le développement de moteurs de petite et moyenne poussée : le remplaçant du CFM 56 (prévu pour 2013-2015), le Sam 146 (pour les avions régionaux) et le Silvercrest (pour les avions d'affaires), au profit des moteurs de forte poussée.

Le groupe français veut apparemment se « rattraper » avec l'A350XWB. GE et Safran ont par ailleurs réaffirmé leur intention de développer en commun le remplaçant du CFM 56, le moteur le plus vendu dans l'aviation commerciale, qui équipe les Boeing 737 et les Airbus A320. Ce nouveau moteur XWB aurait-il la même renommée que le CFM56 produit de joint-venture 50/50 CFMI entre Snecma et General Motors?
Le nouveau moteur sera un nouveau CFM plus performant et plus rentable pour mieux répondre aux exigences des compagnies aériennes en terme de consommation (qui sera de moins de 15%) et de coût d'exploitation (moins de 20%).

Le Maroc à travers la joint-venture SMES d'abord et les autres structures opérantes dans la réparation et la maintenance des moteurs, doit se préparer à ce nouveau marché potentiel . C'est un moyen pour tout le réseau aéronautique marocain :
- De tirer avantage de l'évolution technologique. 
- De profiter de la circulation du savoir –faire entre maison-mère et filiales
- De maîtriser le transfert de technologie dans ce secteur.

L'investissement dans le capital humain reste la clé de voûte et le principal moyen pour développer ce secteur à forte valeur ajoutée.