Aeronautique.ma

Aeronautique.ma
Recevez la newsletter AEROHEBDO


Par Aeronautique.ma le Jeudi 27 Mai 2021

L'ombre d'une délocalisation vers le Maroc plane sur Latécoère Tunisie



Latécoère, qui employait 5.200 personnes dans 13 pays en 2019, a déjà supprimé 1100 postes à l’étranger. La Tunisie est de loin le pays le plus touché avec 40% alors que LATelec Maroc n'a perdu que 10 % de ses effectifs.


La pandémie, l'instabilité politique et la chute des commandes d'Airbus et de Dassault aviation, principaux clients de Latécoère, ont causé le licenciement de quelques 324 travailleuses sur 776 et la fermeture d'un des deux sites de production en Tunisie. 

Plus de 360 salariées de LATelec Tunisie, filiale du sous-traitant de Latécoère, manifestent depuis trois mois devant l'usine au sud de Tunis avec parfois des grèves de la faim pour dénoncer ces licenciements. 

Latécoère, qui employait 5.200 personnes dans 13 pays en 2019, a aussi supprimé plus de 1100 emplois du côté de ses filiales étrangères principalement en République tchèque, au Maroc, au Brésil et au Mexique. Néanmoins, la Tunisie est de loin le pays le plus touché avec 40% alors que LATelec Maroc n'a perdu que 10 % de ses effectifs. LATelec Maroc qui devrait profiter de plus de nearshoring avec le transfert de l'activité Airbus de son usine mexicaine au Maroc et non en Tunisie.

« La politique d'attractivité des sociétés aéronautiques est très offensive au Maroc. En Tunisie, l'environnement économique reste attractif, même s'il s'érode depuis dix ans. Mais, pour nous, l'absence de visibilité sur les moyen et long terme au niveau réglementaire reste l'obstacle le plus contraignant. Dans une logique d'investissement, le manque de stabilité politique et sociale est aussi, forcément, un facteur pénalisant » , constate la direction de Latécoère, interrogée par Jeune Afrique, qui assure cependant qu'il n'est pas question de quitter le pays.
 


Mots clés : Latécoère, Maroc, Tunisie