Aeronautique.ma
Aeronautique.ma







Industrie

La filière s’émancipe

La donne est en train de changer. Depuis quelques mois, le Maroc marque des points dans la sous-traitance aéronautique. Deux nouveaux projets initiés par le géant mondial Safran vont bouleverser la donne dans un contexte international fortement concurrentiel.


La filière s’émancipe
La bataille n'est pas gagnée, mais un grand saut est en train d'être accompli: le Maroc figure désormais dans le réseau du groupe au même titre que l'Inde ou le Mexique et abrite à ce jour 5 sites industriels.
"Ce qui nous permet d'affirmer que les résultats de la dernière enquête réalisée par le cabinet Ixeus sont d'ores et déjà dépassés", relève d'emblée Hamid Benbrahim El-Andaloussi, délégué général Maroc du groupe Safran.
D'une part, Labinal, filiale du groupe Safran et leader du câblage aéronautique, investit 100 millions de DH pour la création d'une seconde unité à Aïn Atiq, près de Rabat. Les travaux de construction de l'usine d'une superficie de 10.000 m2, sur un site de 7 hectares, sont en cours. Pour l'heure, l'équipe qui compte 250 personnes, travaille dans des locaux provisoires. Il est prévu de la porter à près de 400 ingénieurs et techniciens avec le démarrage de la nouvelle unité.
D'autre part, la filiale française spécialisée dans l'assemblage des nacelles d'avion et les techniques de composite, vient de créer Aircelle Maroc. La filiale s'installera donc à la Technopole de Nouaceur sur un terrain de 6 hectares et investira 12 millions d'euros sur 5 ans pour un effectif de 350 ingénieurs et techniciens. Au programme, la construction d'une usine de 10.800 m2 sur un terrain de 6 hectares.
Mais cette industrie de pointe ne saurait évoluer durablement sans une ingénierie efficace. Pour compléter la filière, le groupe Safran vient de créer Teuchos Maroc, un centre de recherches aéronautiques, basé à Casablanca. "Pour démarrer son activité, nous avons racheté le bureau d'ingénierie ASSystem Maroc et récupéré ainsi une soixantaine d'ingénieurs", explique Emmanuelle Gauthier, directeur général de Teuchos Maroc lors du premier conseil d'administration. La filiale marocaine prévoit d'investir 7 à 10 millions d'euros, dans les 5 prochaines années. Au programme, la construction d'un centre d'études et de recherche basé à Sidi Maârouf sur un terrain de 2,5 hectares. Les travaux de construction seront lancés au début de l'année prochaine. Le centre ouvrira ses portes début 2007 et recrutera pour commencer 70 ingénieurs de pointe. Un programme ambitieux d'embauche est arrêté puisque d'ici 2010, l'équipe comptera 400 techniciens et ingénieurs. D'où la conclusion d'un accord de partenariat avec l'Ecole Hassania des Travaux publics (EHTP) pour monter un cycle de formation spécialisé en aéronautique. Ce cursus d'excellence "cousu main" permettra à Teuchos Maroc de puiser dans les lauréats formés localement. Le lancement de la première promotion étant programmé pour mars 2006. "Bien entendu, les ingénieurs marocains diplômés des autres écoles nationales et internationales seront également approchés". D'ailleurs, d'autres conventions de partenariat sont au programme, notamment avec l'Ecole Mohammadia des ingénieurs, l'Université Al Akhawayne et les instituts de technologie de Casablanca et Meknès. 


L'economiste

Jeudi 17 Novembre 2005

Mots clés : maroc, safran


Dans la même rubrique
< >

Mercredi 30 Janvier 2008 - 16:53 Aircelle double la taille de son Usine au Maroc

Industrie | Aviation civile | Aviation militaire | Espace | Sport | AEROEXPO 2010






Newsletter






Galerie
tn_retro_apache
MAS2014_10085
MAS2014_10080