Aeronautique.ma
Aeronautique.ma







Aviation civile

Le transport aerien, au coeur de la cooperation Sud-Sud

La coopération Sud-Sud se précise davantage au Maroc. La dernière visite de la délégation de chefs de missions diplomatiques africaines en témoigne. La promotion des affaires entre le Maroc et ses voisins africains en est le leitmotiv.


Le transport aerien, au coeur de la cooperation Sud-Sud
Les ambassadeurs conviés au pays sont venus se rendre compte d'eux-mêmes de l'importance de l'enjeu. Celui du développement économique de l'Afrique. Et comme le business nécessite une logistique aérienne performante, la compagnie aérienne nationale RAM a été la première institution à être dévoilée dans sa stratégie à ces ambassadeurs africains.

Un choix loin d'être fortuit compte tenu de ses récentes prises de participation dans le capital de certaines compagnies aériennes africaines. Air Sénégal International où la RAM, actionnaire majoritaire à 51 %, est aujourd'hui l'exemple de réussite dans la coopération Sud- Sud.

Le transporteur aérien au Sénégal, dont l'Etat détient les 49 % des participations, a réalisé, en effet, 52 milliards de francs CFA au terme de l'année 2005. Sa flotte est constituée de 5 appareils et les effectifs ont atteint les 462 personnes.

Même schéma au Gabon. RAM s'est positionnée sur le marché gabonais à travers Air Gabon International avec le même quorum de participation dans le capital.
A l'identique, la compagnie aérienne vient de répondre à l'appel d'offres de l'Etat camerounais.

Driss Benhima, P.-D.G. de la RAM, compte toutefois préciser l'essentiel : «au-delà des objectifs de rentabilité fixés, nous comptons contribuer à la renaissance du secteur aérien en Afrique. D'ailleurs, pour ce qui est de la compagnie Air Sénégal International, notre apport s'est matérialisé en moyens mais les compétences sont quasi sénégalaises».
La crise aérienne en Afrique a certes ouvert des opportunités au Maroc qui devront être toutefois saisies dans un contexte d'intérêt commun pour un développement durable.

C'est dans ce schéma que les investissements de la RAM dans les pays africains voisins ont été effectués. La préservation des compétences humaines en présence en témoigne car il s'agira de relever, avant tout, le niveau économique dans ces pays.

«Notre conviction est que l'économie africaine va se développer. Le trafic aérien devra alors suivre d'où la volonté de notre compagnie de contribuer au développement de ce secteur mais toujours dans une logique de profitabilité», poursuit le polytechnicien.
Le discours a le mérite d'être clair.

Il est dicté par l'ouverture du ciel à de nouveaux entrants. Et à la politique timide d'antan fait place une offensive agressive dirigée vers les marchés rentables.

«Quand on ouvre des lignes dans un pays, on démarre d'emblée avec plusieurs vols. En clair, la densité de fréquence a augmenté», explique, dans ce sens, Saâd Azzioui, directeur Réseau Marché Maroc.
Le redéploiement de la RAM sur des marchés à forte croissance est un axe de la nouvelle stratégie du transporteur aérien national.

Point fort : le hub de Casablanca qui se trouve dans une situation optimale pour relier l'Afrique aux Etats-Unis, au Moyen-Orient et à l'Europe.
Devenu progressivement un hub international avec un niveau de 30 % du trafic, ce dernier est assuré sous forme de long-courrier à l'étranger. Le niveau de progression attendu est de 40 %.

Et pour accompagner sa stratégie en Afrique, la RAM a élaboré une politique de communication ciblée et propre au marché africain. Son réseau est en pleine expansion. L'ouverture prévue, d'ici l'hiver 2006, des lignes aériennes sur Accra au Ghana, et une autre sur Brazzaville au Congo, en est une démonstration. Le business plan de l'opérateur comporte la création d'autres lignes d'ici 2012. La rentabilité demeurant le premier critère de prise de décision.

720 MDH injectés pour la construction du nouveau terminal à l'aéroport Mohammed V permettront également d'améliorer le trafic au sein du principal aéroport national. Là encore, la visite guidée en faveur des chargés d'affaires africains devra permettre de donner un avant-goût aux hôtes africains quant aux chantiers lancés par l'ONDA (Office national des aéroports).

D'un côté, l'Office opérera de nouveaux aménagements pour désengorger le trafic des passagers. De l'autre, la RAM apportera des bonus dans ses prestations, histoire d'agrémenter le voyage de ses clients.

Les lignes de conduite ont été également prononcées officiellement. En d'autres termes la dérégulation est bannie. Le business avec les pays africains devra s'effectuer selon la réglementation en vigueur. Les opportunités sont bel et bien réelles et elles devront être régies selon des règles de bonne gouvernance que s'est imposées le Maroc à l'intérieur et à l'extérieur de ses frontières.

Pour l'heure, la délégation des chargés d'affaires africains poursuivra ses consultations et sera accueillie par d'autres institutions importantes du pays dans le même objectif. Celui de la création des richesses.

Le Matin

Mardi 16 Mai 2006



Industrie | Aviation civile | Aviation militaire | Espace | Sport | AEROEXPO 2010






Newsletter






Galerie
2010_F16_3.jpg
A350
Grand écran