Aeronautique.ma

Aeronautique.ma
Recevez la newsletter AEROHEBDO


le Mercredi 3 Octobre 2007

Goldcare : 'de l'or pour les braves'




Goldcare : 'de l'or pour les braves'
Si la multiplicité et la multidimensionnalité des engagements sécuritaires américains donnent la mesure de l'orientation préemptive de la stratégie US de maintien de l'hégémonie face à la montée des pôles émergents dans le nouvel ordre global, cette hégémonie ne se limite pas pour autant au militaire, à la transnationalisation du law enforcement et à la normalisation juridique et éthique.

La préemption américaine n'est certes pas nouvelle même si elle a évolué en élargissant son champ social et spatial par une projection géostratégique et une emprise normative de plus en plus globales.
Ainsi dans le domaine de la maintenance aéronautique cette emprise se trouve être accentuée par de nouveaux concepts véhiculés par le développement d'une nouvelle technologie par la mise sur le marché du B787 (Dreamliner).

Toujours dans cet optique préemptive, le programme « GOLDCARE, tout en révolutionnant la relation exploitants/maintenance dans un souci de rentabilité et de sécurité assuré pour les utilisateurs, n'en garantit pas moins une monopolisation des services de maintenance par un groupe restreint de professionnels a savoir : THALES pour les systèmes de conversion de puissance, de navigation, de divertissement de bord et de commande de vol ; AIR CRUISERS pour les systèmes d'évacuation d'urgence du 787 ; HONEYWELL AEROSPACE pour les systèmes de navigation, le système CIS/MS de gestion et d'information de l'équipage, les systèmes d'éclairage extérieur et les commandes de vol électroniques et enfin BOEING pour toute la partie AIRFRAIME qui est complètement différente par rapport aux avions de générations précédentes et que les centres de maintenances actuels ne peuvent appréhender sans une restructuration tout aussi bien fondamentale qu'onéreuse .

Si cette philosophie offre aux utilisateurs un coût, apparent, réduit de maintenance elle n'en sonne pas moins le glas pour un grand nombre de petits centres de maintenance à travers le monde (dont le CIAé de royal air maroc) qui auront certainement beaucoup de mal à satisfaire aussi bien aux exigences techniques qu'à l'appétit boulimique de ce grand missionnaires de l'hégémonie qu'est la F.A.A [1]

[1] FAA : Federal Aviation Administration (U.S)


Article soumis par Mr Khalid benslimane (khalid_benslimane(at)yahoo.fr)
marocaircraft