Aeronautique.ma
Aeronautique.ma







Industrie

Première réunion du comité national chargé du pilotage du Pacte national pour l'émergence industrielle.


Première réunion du comité national chargé du pilotage du Pacte national pour l'émergence industrielle.
M. El Fassi a rappelé les dispositions du pacte national pour l'émergence industrielle, signé en février dernier en présence de S.M. le Roi Mohammed VI, dans l'objectif de renforcer les réformes adoptées par le gouvernement, conformément aux Hautes Orientations Royales en matière de Plans stratégiques sectoriels afin de développer les investissements au Maroc et améliorer la compétitivité de son tissu économique, indique un communiqué de la Primature.

Le pacte pour l'émergence industrielle est fondé sur les orientations de S.M. le Roi qui avait appelé le gouvernement à adopter une nouvelle stratégie dans les secteurs d'industrie, de services et de développement technologique, à renforcer l'entreprise nationale, encourager l'investissement industriel porteur de valeur ajoutée, inaugurer de nouvelles activités industrielles basées sur des techniques innovantes et à conquérir des marchés prometteurs pour l'exportation des produits et services, a-t-il indiqué.

Ce pacte, a poursuivi le Premier ministre, accorde de la priorité au partenariat public-privé et traduit une vision intégrée et un plan d'action précis ayant pour objectif la création de pôles régionaux de concurrence pour le développement socio-économique.

Cette approche participative de gouvernance économique est le vrai garant de la mobilisation et de l'adhésion de tous les acteurs dans l'exécution des procédures programmées et la concrétisation de mesures précises, réalistes et finançables, selon M. El Fassi qui a précisé que les mesures d'urgence prises par le gouvernement et les secteurs privé et bancaire pour atténuer l'impact de la crise financière internationale sur l'économie nationale visent essentiellement à préserver les opportunités d'emploi dans les entreprises touchées par la crise, à renforcer leur compétitivité en facilitant leur financement et à faciliter leur accès aux marchés internationaux.

Le Pacte national pour l'émergence industrielle a pour but de dynamiser le marché de l'emploi, par la création d'environ 220.000 emplois, et l'accélération de la cadence de la croissance à travers l'augmentation de 50 milliards de dirhams de la valeur ajoutée industrielle à l'horizon de 2015, a-t-il noté.

Ce programme, a rappelé le Premier ministre, ambitionne de gagner deux paris essentiels, à savoir l'émergence industrielle dans les secteurs liés aux métiers internationaux au Maroc et le renforcement du tissu entreprenarial à travers trois projets horizontaux portant sur le renforcement de la compétitivité des Petites et moyennes entreprises (PME), l'amélioration du climat d'investissement et l'adéquation de la formation avec les besoins du développement économique.

Il a, par ailleurs, mis l'accent sur la nécessité de mettre en place un cadre institutionnel régulé, de le doter des ressources financières et humaines nécessaires de nature à favoriser la coordination entre les différents intervenants et assurer le suivi des programmes d'émergence dans les délais qui lui sont impartis en vue d'atteindre les résultats escomptés.

Dans le cadre de la mise en application des Orientations Royales sur cette question, M. El Fassi a appelé les départements gouvernementaux, les acteurs économiques et les institutions bancaires ainsi que les associations de la société civile à se mobiliser et à conjuguer leurs efforts pour élaborer et réaliser des programmes constructifs visant à améliorer le rendement de l'économie nationale et le niveau de vie du citoyen et à créer les richesses générant les opportunités d'emploi.

Pour sa part, le ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologiques, Ahmed Réda Chami a présenté, lors de cette réunion, un exposé sur la feuille de route relative à la mise en œuvre du pacte national pour l'émergence industrielle.

Ce pacte comporte 111 mesures pratiques qui sont le fruit d'un travail commun et de concertation entre les secteurs public et privé et les institutions bancaires, intéressant le développement des plates-formes industrielles intégrées, le développement des nouveaux métiers internationaux au Maroc et du secteur de cuir et de textile, la promotion des industries alimentaires, l'amélioration du climat des affaires et de la compétitivité des PME ainsi que l'adéquation de la formation avec les exigences du marché d'emploi, a-t-il précisé.

Le plan d'action relatif au développement des nouveaux métiers mondiaux au Maroc se base sur trois mesures portant essentiellement sur les domaines de l'Offshoring, l'automobile, l'aéronautique et l'électronique, où le Maroc est compétitif, l'objectif étant d'attirer le plus grand nombre d'investissements directs, a ajouté M. Chami.

Pour le textile-cuir, le plan d'action vise à développer autant l'export que le marché national à travers cinq principaux axes alors que celui relatif à l'agroalimentaire a pour objectif d'encourager la production agricole à fort potentiel d'exportation et de développer le réseau de production des denrées alimentaires de base à travers quatre mesures, a indiqué le ministre.

S'agissant du climat des affaires, cinq mesures ont été arrêtées visant à surmonter les obstacles qui entravent les initiatives d'investissement et à mettre en place un cadre propice à l'accueil et à l'orientation des investisseurs tandis que le plan d'action destiné à l'amélioration de la compétitivité des PME se base sur cinq mesures intéressant l'accompagnement des entreprises et l'amélioration de la productivité de tous les acteurs, a-t-il précisé.

Concernant le plan d'action de formation du capital humain, M. Chami a souligné que trois mesures sont prises pour le renforcement des mécanismes actuels de formation et la mise en place d'un système permettant de répondre aux offres d'emplois.

Ont pris part à cette réunion, le ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch, le ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique, Ahmed Akhchichine, le ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle, Jamal Rhmani, le ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, Ahmed Réda Chami, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, Saâd Hassar, le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Moulay Hafid Alami et le directeur général du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), El Hadi Chaïbaïnou ainsi que des représentants des départements gouvernementaux concernés.


MAP

Mercredi 6 Mai 2009

Mots clés : emergence, industrie


Industrie | Aviation civile | Aviation militaire | Espace | Sport | AEROEXPO 2010






Newsletter






Galerie
DSC02575.jpg
Moteur d'avion
MAS2014_10075