Aeronautique.ma
Aeronautique.ma







International

Mobilisation des syndicats européens contre le plan 'Power8'

«Nous lançons ainsi une politique de réduction des coûts qui se traduira par le développement de l'axe de sous-traitance notamment au Maroc. Aujourd'hui, Airbus emploie 10.000 personnes au Royaume qui s'intéresse de plus en plus au domaine de l'aéronautique. Il s'agit d'une relation gagnant-gagnant avec le Maroc que nous poursuivrons», a annoncé David Dufrenois, vice-président des ventes Afrique du Nord et Afrique de l'Ouest d'Airbus. Cette politique rencontre une grande résistance de la part des syndicats européens qui sont contre le suppression de plus de 10000 emplois.


Airbus
Airbus
A moins de vingt jours de la présentation du plan de restructuration d'Airbus, salariés français et allemands se sont mobilisés vendredi pour la préservation des emplois et des sites. Selon certains médias,le plan "Power 8", censé permettre de réduire les coûts de 2 milliards d'euros par an au sein de l'entreprise d'ici à 2010, pourrait se solder par la fermeture de plusieurs sites et jusqu'à 10.000 suppressions d'emplois en Europe.

Alors que des milliers de salariés allemands ont manifesté à Hambourg, Brême, Varel et Laupheim, les syndicats français FO, CGT, CGC, CFDT et CFTC ont été reçus vers 12h par le cabinet du préfet de Haute-Garonne à Toulouse, remettant à cette occasion une copie de leur lettre commune. Celle-ci appelle l'Etat français "à assurer ses responsabilités en tant qu'actionnaire du groupe EADS" (15%) et demande "la préservation des sites et des emplois Airbus en les conservant dans" le groupe.

Cette lettre a étéremise au même moment aux préfets des autres départements qui abritent les sites d'Airbus en France, à savoir Méaulte (Somme), Nantes etSaint-Nazaire (Loire-Atlantique), et envoyée cette semaine à JacquesChirac, au Premier ministre Dominique de Villepin et au ministre del'Economie Thierry Breton.

Dans l'attente de la présentation prochaine de "Power 8", le 20 février, les syndicats se disent "alarmés" par les chiffres et les annonces "relayés par la presse".Mardi, la presse allemande évoquait notamment 5.000 à 8.000 suppressions d'emplois outre-Rhin. Des chiffres non confirmés par l'avionneur mais qui inquiètent les syndicats tant ils font écho "aux 10.000 suppressions d'emplois en Europe" annoncées en octobre par unquotidien français. Le détail de "Power 8" pourrait être abordé dès le 6 février lors d'un conseil d'administration d'Airbus, a-t-on appris desource syndicale.
 
"On entend parler de cessions de site en Allemagne et en France, à Méaulte et Saint-Nazaire", s'est inquiété Xavier Petrachi, délégué syndical CGT. De son côté, FO souligne que "l'on ne peut pas prendre le prétexte d'un mauvais passage pour vendre des usines". Le syndicat majoritaire d'Airbus France "n'exclutpas une mobilisation la semaine prochaine" et se prépare à "une position bien plus violente" selon le contenu du plan.
"Aujourd'hui,c'est Chirac. Demain, nous ferons appel aux candidats à la présidentielle pour voir de quelle façon ils comptent protéger notre industrie", a prévenu Julien Talavan, délégué syndical FO en ajoutant que son syndicat "n'acceptera ni licenciements secs ni fermetures d'usines".
"Si les mesures ne sont pas acceptables, nous les combattrons. Nous n'hésiterons pas à bloquer l'entreprise", a averti un autre représentant de FO, Jean-François Knepper, qui affirme que la charge de travail de l'avionneur n'a jamais été aussi lourde et qu'Airbus "a cinq ans de travail devant lui".

En pleine crise de confiance vis-à-vis de leurs dirigeants, les syndicats demandent également à l'Etat "de suppléer au retrait annoncé de l'actionnaire privé français dans EADS (Lagardère, NDLR) en faisant croître sa part dans le capital du groupe", en prenant modèle sur le consortium qui semet en place outre-Rhin réunissant des banques et les länder de Brêmeet Hambourg pour racheter les parts de Daimler-Chrysler".
 

Lancéle 3 octobre 2006, le plan de restructuration "Power 8" doit compenser les pertes sur le bénéfice d'exploitation engendrées par les retards del'A380, estimées à 2,8 milliards d'euros jusqu'en 2010. Le plan doit aussi générer des économies annuelles d'au moins deux milliards d'euros à partir de 2010 et une "économie cumulée" d'environ cinq milliardsd'euros de trésorerie d'ici 2010.


Aeronautique.ma

Samedi 3 Février 2007

Maghreb | International | Dépêches





Newsletter









Galerie
Dreamliner0001
MAS2014_0020
Dreamliner0006




Recommandez Aeronautique.ma








Top Aviation Sites
AVIATION TOP 100 - www.avitop.com Avitop.com