AERONAUTIQUE | Portail marocain de l'aéronautique et du Spatial

Skytrax: Royal Air Maroc passe du label 3 étoiles au label 4 étoiles en un an


Par Communiqué de presse, le 16 Juin 2015



Royal Air Maroc s’est vu décernée, ce mardi 16 juin à Paris en marge du salon du Bourget, le label 4 étoiles par Skytrax, organisme réputé à l’échelle mondiale pour ses audits et évaluations du niveau des services dans différents métiers de l’aviation. Le prix a été remis au président de la compagnie nationale, Driss Benhima, par le président de cet organisme international Monsieur Edward Plaisted.

Cette consécration intervient un an seulement après l’octroi par le même organisme à Royal Air Maroc du label 3 étoiles du prix Skytrax. Ce qui dénote des grands efforts déployés durant ces derniers mois par le transporteur national pour rehausser, en un temps record, le niveau et la qualité de ses services. Cette distinction propulse Royal Air Maroc parmi les grandes compagnies internationales dans le continent africain.

Très convoité par les compagnies aériennes, le prix Skytrax est une référence mondiale dans le secteur du transport aérien. Basé à Londres, Skytrax est un organisme réputé mondialement pour ses enquêtes sérieuses, scientifiques et objectives qui débouchent sur des classements sanctionnant la qualité des services et des prestations au sein des compagnies aériennes. Ses prix sont une sorte de baromètre de l’excellence dans l’industrie du transport aérien.

"Le passage en une année de 3 à 4 étoiles et la reconnaissance de la qualité de nos produits et services par un organisme aussi réputé que le Skytrax, illustrent de manière claire les progrès que nous avons enregistrés pendant ces deux dernières années», souligne Driss Benhima. A ce propos, le président de Royal Air Maroc tient à remercier « nos passagers pour leur choix de soutenir la compagnie et de lui faire confiance ». Il a également rendu un vibrant hommage au personnel pour ses efforts, son implication et son dévouement pour l’amélioration de la qualité de service. M. Benhima signale cependant que, désormais, « le défi n’est pas seulement de conserver ce niveau et ce statut mais de s’ingénier à rehausser la qualité de nos services et produits ».